Des montagnes (se) sont plantées.

 

 

Le gardien des terres brûlées

Le gardien des terres brûlées… au travail.

De l’agriculture, un peu de Jacques Brel chantant ‘Ne me quitte pas’, des couches et des couches de peinture. Un visage de paysan estompé par le temps des changements, changé en oiseau, en berge, en aile de papillon, en rouge, en noir, en feu, en cendres, en demain à l’aube; et au soir, une fontaine filtre, en pierre, les tracés dans le ciel, en histoires.

 

Pauvre homme, tu n’es sûr de rien.
On te promet le paradis…
Tâche plutôt, je te le dis,
Ici-bas de créer le tien.

Omar Khayyam

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s