Petrichor, in the air.

The taste
of rain
 – Why kneel?
 
Birds singing
in the dark
– Rainy dawn.
 
(Jack Kerouac)

 

Blessures de vie(s) et cette Tendre (post) Vendetta que peut parfois être un moment de vie, ce moment, où l’on devine que les blessures expérimentées sont des histoires de blessés de part et d’autre qui danseront peut-être ensemble un jour.

tendre-post-vendetta

Tendre (post) Vendetta

“Tu aimes bien ça: te sentir en paix avec les gens que tu aimes; qu’il fasse beau et doux; que l’actualité soit sans catastrophes, sans guerres, sans attentats; te souvenir que tu as fait du bien à quelqu’un; te souvenir aussi qu’on t’a fait du bien, et t’en réjouir, et le vivre comme une chance, non comme une dette.
 
Dans ces moments, tu te sens plus curieux, plus bienveillant, plus patient, plus intelligent. Tu te sens plus fort et en sécurité; et plus capable alors d’aimer, de penser, de donner, d’agir.
 
C’est ça, la bonne humeur: un moteur à bonnes choses. Tu te dis dans ces moments que tu te sens toi-même, et pas dans les moments de combat ou de douleur, où tu te blindes dans tes défenses, où tu te bats avec la vie. Tu aimes bien ça, être de bonne humeur…
 
Autrefois, tu essayais d’être toujours de bonne humeur. Mais ça ne marchait pas. Tu as mis du temps à comprendre que ce n’était ni réaliste ni souhaitable. Pas réaliste, car la vie se charge toujours de nous apporter son lot d’événements douloureux ou pénibles, de grandes et petites adversités, et les nécessaires états d’âme négatifs allant avec. Pas souhaitable, car il faut de l’ombre pour donner de la profondeur à la lumière. Les ombres embellissent le jour, et c’est ainsi que les lumières du soir ou du matin sont souvent plus belles et plus subtiles que celle du plein midi. Il en est de même de nos états d’âme. Redevenir joyeux après de la tristesse, c’est comme guérir après être tombé malade: encore meilleur que si rien de douloureux n’était survenu.
 
C’est pour ça aussi que tu aimes bien cette phrase de Christian Bobin, poète inspiré, qui a écrit:
 

“A chaque seconde nous entrons au paradis ou bien nous en sortons.”

C’est ça, c’est exactement ça: cette possibilité de bonheur ou de malheur présente à chaque moment de vos vies…”

 

(Extrait de l’ouvrage “Sérénité, 25 histoires d’équilibre intérieur” de Christophe André)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s